Avant j’avais une vie, maintenant j’ai Ecole Directe

Avant j’avais une vie, maintenant j’ai Ecole Directe

24 octobre 2018 69 Par opio

Toi qui n’as pas encore d’enfant au collège, mesure ta CHANCE et profite de l’insouciance de l’école élémentaire comme je ne l’ai pas assez fait (ah ce que c’est chiant ces considérations de vieille bique aigrie, je conçois, mais je ne peux pas m’en empêcher, parce que … je crois que je suis devenue une vieille bique aigrie en fait).

Un monde nouveau s’est révélé à moi, l’année dernière quand Jo est entrée en sixième. J’ai découvert que tous les établissements, publics, privés, sont affiliés à un logiciel (Ecole Directe, ProNote, EasyScol…) permettant de suivre en temps réel la scolarité du collègien.

Emploi du temps, devoirs, communications diverses et variées de l’établissement, sanctions éventuelles et surtout… surtout… les NOTES sont accessibles en temps réel (en théorie).

Bien entendu, on reste tributaire du bon vouloir des professeurs qui rentreront ou pas les notes au fur et à mesure dans le logiciel, mais il se trouve que dans le collège de Jo, ils sont très disciplinés, à mon grand désespoir. Parce que du coup, je me retrouve à retourner sur le site 20 fois par jour pour actualiser le relevé de notes.

Honnêtement en élémentaire, je signais les contrôles d’un oeil, il n’y avait pas de système de notes chiffrées, mais des lettres, qui ne me parlaient pas trop, j’avais vaguement en tête que jusqu’à C+ ça pouvait aller.

Quand Jo a rapporté ses premières notes de collège, ça a été le choc. J’ai pris conscience qu’un C+ ou même un B- ben c’était pas fameux du tout quand ça se transformait en note sur 20, et j’ai commencé à flipper, à méga flipper même, quand j’ai vu – à cause de ce satané logiciel – que le reste de la classe se tapait plutôt des 19 et des 20 partout. Et je suis tombée dans l’addiction.  

Avant, je me levais, et mon premier réflexe – après mon petit pipi du matin quand même -, était de jeter un oeil sur Facebook, Instagram et Twitter, des fois qu’un truc incroyable se soit passé entre minuit et 6h30.

Maintenant, je fais pareil, sauf que je commence par Ecole Directe. Comme si l’un des professeurs de Jo avait pu avoir envie de remplir le relevé de note en pleine nuit. 

Je suis droguée à ce site, c’est une horreur. Et chaque nouvelle note conditionne le reste de ma journée. En général, quand une note est actualisée, s’en suit un gros abattement et une très forte envie de tout planter là et d’aller pleurer dans un coin. Parce qu’en plus des notes, on peut voir la meilleure et la plus mauvaise note de la classe. Idem avec les moyennes. Qu’on peut choisir de visualiser sous forme de graphique, pour que ça soit plus percutant, comme ci dessous : 

ecoledirecte

Ce jour là par exemple, mes collègues ont passé une très très mauvaise journée.

Bon depuis, ça va mieux, parce que je passe mes week ends à faire bosser ma minette qui n’a toujours pas trouvé le rythme…

A ceux qui se demandent pourquoi je poste moins, c’est pas compliqué, faut que je révise les débuts de l’islam, la fonction des mots et les propriétés de l’eau de chaux entre autres.

révision

Ne nous méprenons pas, je trouve ce système top, parce qu’il permet de rectifier le tir avant le couperet de la fin de trimestre, mais je cherche un moyen de prendre un peu de recul, parce que je gère vraiment atrocement mal le fait que Jo ne soit pas franchement scolaire.

Déjà, j’ai changé de téléphone. J’ai quitté mon adoré Iphone dont la batterie me rendait folle, pour passer à Androïd. Le rapport ? Le rapport c’est que sur mon Iphone, j’avais pu installer l’appli Ecole Directe (SIIIIII, elle est ) et que cette appli n’existe pas sous Androïd. Un premier pas vers le sevrage…

Au hasard de mes errements sur le net, entre deux actualisations d’Ecole Directe, je suis tombée sur ce tuto, qui m’a fait mourir de rire : comment changer ses notes sur Ecole Directe (j’ai eu super peur, mais en fait c’est juste de la modification d’affichage, OUF)

Tssss, les petits chenapans…