01
sept

Ca va aller…

supercharlie1

Rendez-vous sur Hellocoton !

22
août

Camping + Opio = Lumbago

Avant de clore le chapitre Vietnam, je fais un petit apparté pour vous donner quelques nouvelles du front.

De retour à Paris avec une météo à se pendre, j’ai tout loisir de faire défiler mes photos de vacances en soupirant à fendre l’âme. Enfin sauf les clichés de la dernière semaine.

Parce que cette année, après 15 jours assez classiques dans la même maison que l’été dernier avec son immense piscine et ses plages juste à côté, il a fallu trouver un autre lieu de villégiature.

piscine

piscine1

Quand Mr Opio a évoqué l’idée d’un camping, une onde glacée a parcouru mon échine. Il me restait comme souvenirs de mon unique séjour en tente sur l’île d’Oléron avec ma mère l’année de mes 14 ans :

- les queues de casseroles plantées en lieu et place des sardines (et oui à l’époque les pop up Quechua n’avaient pas encore colonisé les emplacements), sous le regard consterné des voisins de la tente d’â côté,

- la grande angoisse du pipi nocturne avec lampe torche, 

- et le jus aux fourmis le matin quand on avait mal rebouché la bouteille la veille.

Mais là, non, ça ne serait pas pareil : mobil home luxe **** 30m² climatisé, club enfant, toboggan aquatique, plan d’eau avec structure gonflable et plage aménagée, tout ça en plein coeur du Luberon, ça allait forcément être top.

Sauf que… la princesse au petit pois qui sommeillait profondément quelque part dans mon cortex s’est tout d’un coup réveillée et emparée de mon esprit. J’ai commencé à chouiner dès la voiture garée à côté du mobil home. « Il fait pas 30m², si ? » c’est vrai que sur le site il était noté 22-27m², mais moi j’avais bien sûr retenu 30m². Sauf que là, on était plus proche des 20m², à moins de compter la terrasse et l’emplacement pour la voiture. Ensuite il a fallu faire les lits. Avec le kit de draps. En papier. Si. J’ai retenu un sanglot et commencé à compter les jours restant jusqu’à mon départ une semaine plus tard pour me donner du coeur à l’ouvrage. Allez, plus que 8 dodos.

Bon, en fait c’est les alèzes qui étaient en papier tissé, les draps eux étaient quand même en tissu, de la même famille que ceux des hôpitaux, on va dire assez éloignés du lin lavé quoi pour faire bref, mais c’était déjà moins pire.

Pendant que je tournais autour des lits aux pieds métalliques en essayant de ne pas me péter un orteil à chaque coin, Mr Opio était occuper à tenter de faire rentrer toutes nos affaires dans les 20m². Il est très fort au Tétris, mais là, il a du déclarer forfait. Pour vous aider à visualiser, rien que le frigo était plus petit que notre cubi de rosé. Les valises une fois vidée ont été rangées… dans le coffre de la voiture. Et le coffre de toit s’est transformé en astucieux mais moyennement pratique placard de substitution. 

Les filles quand à elles, au premier sourcil froncé, s’étaient déjà carapatées au toboggan aquatique.

Le mobil home était censé pouvoir coucher 6 personnes : un lit double, 2 lits simples et 2 banquettes dans le « séjour ». Sauf que les banquettes nous servaient d’armoire pour nos fringues vu la taille des vrais placards (NAN MAIS SERIEUSEMENT ? ), nous avons donc décidé de coucher les 3 filles dans le lit double

Sans titre

et de nous taper les lits simples. Largeur : 70cm. Ben laissez moi vous dire que ça fait pas beaucoup. Surtout quand au milieu de la nuit, Charlie est venue nous rejoindre. J’étais tellement de mauvais poil que je l’ai envoyée squatter la couchette en face, et c’est Mr Opio qui a « dormi » en équilibre sur la tranche après que Charlie lui ait sussuré : « papa, je peux pas respirer, tu m’écrases contre le mur ».

Dès le lendemain, nous avons changé de systéme, nous partageant avec Charlie le lit double et reléguant les grandes dans la cabine. C’est au 2ème matin que j’ai été réveillée à 5h30 par une douleur dans le dos à faire hurler, sauf que même respirer le plus doucement possible me faisait monter les larmes. Heureusement que je suis prévoyante, j’avais emporté mes anti douleurs, mes anti inflammatoires mais pas d’anti depresseurs, dommage. J’ai avalé mes cachetons et j’ai attendu une heure décente pour me lever, installée en équilibre sur la pile de draps de bain et serviettes sur la banquette. (NON Y AVAIT RIEN POUR LES STOCKER DANS LA SALLE D’EAU). A 7h30 j’ai décidé que c’était une heure acceptable pour réveiller tout le monde en prenant une douche brûlante histoire de décontracter un peu tout ça parce que les médocs jusque là, bof. J’ai fait bien attention à ne pas mettre mes pieds trop près l’un de l’autre parce que sinon j’avais peur de faire un trou dans le sol de la cabine de douche vu les bruits bizarre qu’elle produisait à chaque mouvement, j’ai mis l’eau chaude au max…  et je me suis pris un jet glacé sur la tronche. Niveau décontraction musculaire, je ne vous fait pas un dessin (oui j’ai pleuré). En fait y avait plus de gaz dans la bouteille.

J‘ai attendu une heure décente pour me descendre le cubi de rosé (11h00), histoire de décontracter un peu tout ça (voire plus haut).

J’ai passé toute la semaine rythmée de la sorte : 5h30 réveil de douleur, médocs, 7h30 douche brûlante (on a quand même eu droit à une bouteille de gaz toute neuve très vite) 11h : rosé. A partir de 14h30, je commençais à pouvoir desserrer les mâchoires et respirer normalement. Le bonheur.

Vous dire que j’ai quitté Mr Opio et les filles le coeur serré à la fin de la semaine serait un peu exageré, (car eux rempilaient pour une seconde semaine) j’ai effectivement eu un peu les boules, mais la perspective de retrouver mon lit, mon frigo et ma salle de bain ont rendu les au revoir bien moins pénibles que ce que je craignais.

Evidemment, je suis la seule à avoir détesté le camping. Les filles ne parlent que d’y retourner. Au secours !

Rendez-vous sur Hellocoton !

07
août

Dans les rizières

Nous quittons notre jonque en fin de matinée, et en attendant de repartir pour la baie d’Along terrestre, nous visitons un peu l’île de Cat Ba, sans aller très loin car la voiture doit nous chercher juste après le déjeuner. Je n’ai pas trop parlé des bestioles rencontrées jusque là, parce que finalement, il n’y en a pas eu tant que ça, à part une espece de crevette bizarre qui se baladait sur la jonque (moi qui m’attendait à trouver des rats, que dalle) et les saletés de moustiques bien sûr mais rien de très exotique jusque là. Sauf à Cat Ba. Je ne sais pas pourquoi, mais ça a été un festival dans ce restaurant (pas bon) de l’île. Le summum étant l’étape pause pipi, où il a fallu se débrouiller pour atteindre les toilettes en marchant sur la pointe des pieds entre les énormes carcasses de blattes transgéniques qui jonchaient le sol. Quand je pense que tout le monde y est passé en serrant les dents et que de retour en France Maureen et Charlie crient comme des hystériques à l’approche d’un moucheron, je me dis que les thérapies comportementales, ça ne marchera jamais sur elles.

4h de voiture plus tard (les trajets de la dernière semaine auront été ma grosse erreur, j’avais compté en distance et non en temps de trajet, jamais je n’aurais imaginé que notre vitesse moyenne s’établirait autour de 35km/h !), nous arrivons à Ninh Binh pour passer la nuit. Et là, nous découvrons un hôtel… enfin un resort comme on dit, de MALADE MENTAL. Il fait déjà nuit mais nous nous rendons vite compte qu’on est dans une annexe du paradis. Surtout après la jonque un peu spartiate on va dire, on apprécie d’autant plus ! Les filles ne résistent pas à l’appel de la piscine intérieure et ensuite tout le monde passe un temps indécent dans la gigantesque salle de bain.

ninh bin

Quand je me rends compte sur le programme que le départ le lendemain matin est prévu à 8h, je me dis que ça ne va pas être possible, trop frustrant de ne pas profiter un minimum de cet endroit fabuleux. Nous changeons donc les plans pour le lendemain et décalons le départ de 2h, et je mets le reveil, pour que les filles puissent profiter au maximum de la piscine le lendemain, oui oui, je mets le réveil plus tôt pour aller à la piscine, uhuh, je ne pensais pas un jour faire ça dans ma vie !
20140424_085548

Nous quittons à regret cet endroit paradisiaque (j’ai l’impression d’écrire ça à chaque fois qu’on a changé d’endroit) (ah ce n’est pas une impression ?) pour aller découvrir la région, qu’on appelle la baie d’along terrestre.

20140424_095827

Nous montons sur une petite barge, pour naviguer sur la rivière Hoan Long qui serpente entre les formations rocheuses émergeant des rizières, parmi les élevages de canards.

20140424_104631

oui, il fait vraiment gris (et chaud)

20140424_110528IMG_3093

Nous croisons des barques sur lesquelles les rameuses rament avec les pieds, impressionnant !

IMG_3158ninh binh1

puis nous atteignons Kenh Ga, un village flottant

   20140424_105155

kenh ga20140424_105559

20140424_113852

20140424_111825

et il faut déjà repartir, direction Mai Chau, une région de rizières où vivent les Thais Blancs et les Muongs, dans des maisons à pilotis.

Sur le chemin, nous nous arrêtons sur un petit marché au bord de la route. Cette fois çi c’est moi qui doit poser pour la photo une fois n’est pas coutume !

20140424_154130

20140424_154045

Nous arrivons au crépuscule à Mai Chau, le paysage est sidérant.

mai chau

Nous laissons l’hôtel pour aller diner dans le village, où beaucoup de maisons se sont transformées en pensions de famille et servent des repas. Encore une fois, nous ne croiserons quasi pas d’autres touristes. 

maichau2

Du coup le spectacle de danses traditionnelles des ethnies locales a une saveur bien plus sympathique, avec comme public en plus de nous 5, tous les enfants et voisins qui viennent eux aussi en profiter.

thai2

Demain, nous passerons la journée à vélo dans les rizières, et nous ferons une très jolie rencontre…

A suivre !

Rendez-vous sur Hellocoton !

21
juil

La baie d’Along… enfin…

Après un vol sans encombres cette fois çi, (ouf) nous arrivons à Hanoï, pour une courte étape avant de rejoindre une jonque qui nous attend pour 2 jours sur la Baie d’Along, dont je rêve depuis des mois. Mais d’abord, un petit tour de ville. Le ciel est blanc, on ne distingue ni nuages, ni soleil, on a juste l’impression d’être sous un couvercle de ouate, avec toujours une chaleur moite, assez étrange comme ambiance. Notre nouveau guide nous dit d’ailleurs qu’il n’a pas vu le soleil depuis un mois !

20140421_141120

On commence la visite avec le temple de la littérature, et l’emblématique pont rouge qui traverse le lac Hoan Kiem dont nous ferons tout le tour.

20140421_152720

Ouiiiii, une paire de Crocs se trouve sur cette photo (ce running gag !), mais aussi une paire de hauts parleurs, qui diffusent plusieurs fois par jour dès tôt le matin des informations d’état: recommandations sur les règles d’hygiène, informations diverses… Ouf notre hôtel n’en a pas aux alentours !

Nous ferons une longue halte au le temple Ngoc Son, devant lequel des papis locaux jouent aux échecs chinois.

20140421_155205

20140421_155415

20140421_160345

Les filles trouvent qu’ils ressemblent tous à leur grand père, et c’est vrai qu’il y a un petit air ! Elles essaient de comprendre les règles, mais ça n’est pas très facile.

Nous avions prévu plusieurs autres visites de lieux divers et variés, mais les filles n’en peuvent clairement plus, il est temps de leur accorder une petite pause et de les laisser faire une orgie de dessins animés et films à l’hôtel, vu que notre programme prévoit à nouveau un passage à Hanoi sur la fin du séjour. D’autant plus que le lendemain matin, le réveil sonne aux aurores, nous quittons Hanoi à 6h pour rejoindre Hai Phong 2 heures plus tard, d’où nous prendrons alors un speed boat pour rejoindre l’ile de Cat Ba où nous pourrons enfin monter à bord de notre jonque. Une jonque rien que pour nous : ça se mérite ! A l’arrivée, accueil personnalisé pour Maureen, dont c’est l’anniversaire, fêter ses 10 ans sur la baie d’Along, j’espère qu’elle s’en rappellera…

20140422_095508

J’ai mis un temps fou à choisir parmi les centaines d’offres des différentes compagnies, et j’ai finalement opté pour Eco Friendly, qui proposait des petites jonques en bois à deux cabines. Ma hantise (outre le naufrage parce que bon, c’est quand même arrivé, la dernière fois en 2011…) c’était de me retrouver sur un énorme bateau débordant de touristes plein de bières, ou même sur une jonque plus petite, avec le bol que j’ai j’avais trop peur de devoir côtoyer LA victime de mal de mer foudroyant… Donc voilà, c’était mon petit caprice du séjour, une jonque privative, et qui ne faisait pas le circuit le plus touristique, histoire de ne pas naviguer entre les bateaux plutôt qu’entre les pitons rocheux. D’ailleurs nous ne naviguerons pas dans la fameuse baie d’Along en fait mais dans la baie de Lan ha qui en fait partie mais qui est située un peu plus au Sud de sa voisine plus connue et beaucoup plus fréquentée.

Enfin nous voilà sur notre jonque, Charlie ne quittera pas sa ceinture de natation pendant 24h, sauf pour la nuit et encore, parce que la cabine fermait à clé !

20140422_111209

20140422_112047

20140422_113827

Le paysage est à couper le souffle. Malgré le ciel toujours blanc, ces pitons rocheux qui surgissent ça et là… c’est splendide.

20140422_120631

IMG_2873

20140422_151246

20140422_150446

20140422_151143

En revanche, il faut maintenir son regard à l’horizon, car si on baisse les yeux à la surface de l’eau, c’est un tout autre spectacle qui s’offre à nous, plutôt désolant. Des trainées de carburant, des chapelets de détritus divers et variés, bouteilles, cannettes, vieilles chaussures, emballages, sacs plastiques et autres éléments non identifiables. Affreux. Ça nous a vraiment choqués, je pensais qu’en 2014, ça n’était plus possible de trouver ce genre de choses dans un lieu aussi protégé… je suis bien naïve. Nous nous arrêtons pour que nous puissions nous baigner justement… Hmm… même si l’équipage fait son possible pour nous trouver un endroit préservé, personne n’en a plus très envie, les filles sautent histoire de, mais remontent bien vite, sauf Charlie qui ne comprend pas pourquoi personne ne veut rester avec elle.

20140422_124955

20140422_130524

Nous repartons, et nous arrêtons à nouveau, cette fois çi pour faire une petite balade en canöé au milieu des grottes naturelles. Bon, on rame au milieu de quelques tas d’ordures malgré tout mais on regarde ailleurs, ma foi, et ça tombe bien, il y a justement sur les pitons rocheux, tout en haut, des macaques à tête blanche qu’on peut apercevoir si on est très très attentifs. Vus !

IMG_2977

Nous croisons des villages flottants dans lesquels sont élevés des poissons, qu’on visitera le lendemain matin. 

IMG_2893

IMG_2891

La nuit tombe très vite alors nous nous arrêtons dans un endroit calme pour la nuit. Après une toilette de chat (chaque cabine dispose d’un coin douche/toilette sommaire mais suffisant pour se dés-saler vite fait)

20140422_144606

l’équipage nous sert un repas délicieux, avec même un gâteau d’anniversaire pour Maureen <3

Le lendemain, nous naviguons doucement dans ce décor magique, les filles jouent à des jeux de société ou lisent, le bonheur…

20140422_14052420140422_134247

20140422_15173520140422_15220820140422_15234320140422_153514IMG_2976IMG_302320140423_08202020140423_082843

20140422_120338

Avant de rejoindre Cat Ba, la fameuse visite de l’élévage flottant de poissons, je ne suis pas très rassurée, il faut traverser des planches posées sur des bidons, ça remue à mort, je prefère rester à bord avec mon zoom pendant que les files s’en donnent à coeur joie !

20140423_091610

Et il faut déjà quitter notre jonque, pour repartir cette fois vers la Baie d’Along terrestre : la région de Ninh Binh à 170 km de là soit 4h de voiture…

A suivre !

Rendez-vous sur Hellocoton !

10
juil

Transformers : L’âge de l extinction

C’est les vacances, il pleut : normal.

Heureusement, je suis au sec retranchée au boulot, et c’est Mr Opio qui gère les filles en ce moment. Au programme : orgie de cinéma, et plus particulièrement de films que je n’aurais jamais été voir avec elles. Le partage des tâches ça s’appelle, et tout le monde est content.

Mercredi, c’est « Transformers : l’âge de l’extinction » qu’elles sont allées voir (sans Charlie, je vous rassure).

Ce quatrième opus (ah oui quand même) promet apparemment d’être le blockbuster de l’été auprès des ados et amateurs d’explosions et d’effets spéciaux. Il cartonne aux US et a déjà dépassé Avatar en terme d’entrées en Chine, c’est dire la déferlante.    

2h45 (ah oui quand même – bis - ) de combats étourdissants accrochées à leur siège plus tard, mes deux grandes en sont revenues avec des avis divergents. Jo a adoré « il y avait beaucoup d’actions et les personnages étaient très drôles, il y avait beaucoup de surprises et d’inattendu, c’était trop bien ! » alors que Maureen est restée plus mesurée : « même si l’histoire était quand même assez bien, il y a un mort toutes les 30 secondes, c’est trop ». Il est temps qu’on l’envoie aux Etats Unis, elle m’a parlé de New York alors que tout se déroule à Chicago uhuh.

TRANSFORMERS 4 : L’Âge de l’extinction de Michael Bay, avec Mark Wahlberg, Stanley Tucci, Jack Reynor et Nicola Peltz.

Sortie le 16 juillet 2014

 

image004

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

07
juil

Même pas mal

Quelques news du front… cette satanée année scolaire s’est enfin achevée, me laissant sur les rotules et encore : à vif les rotules.

Je n’ose plus m’épancher ici sur mes déboires avec le collège, et cette scolarité parallèle à mettre en place à laquelle je n’arrive toujours pas à me faire alors que bon, au bout de deux ans, j’aurais du finir par intégrer : mais non ! Dire que je reproche à Jo de ne toujours pas avoir capté en fin de 5ème que le week end on S’AVANCE-POUR-LE-RESTE-DE-LA-SEMAINE. En fait on est aussi à la ramasse l’une que l’autre, elle et moi nous croyons encore au bon vieux temps de l’élémentaire, quand ni elle ni moi ne devions fournir aucun effort… Pfff.

Et j’en ai une deuxieme qui va rentrer au collège. Misère. Celle là même qui est précisement en pleine crise d’opposition : les fameux terribeultènes. Vous découvrez ? c’est normal c’est nouveau, ça vient de sortir.

A chaque fois qu’on ose s’adresser à elle, on récolte invariablement un MAIS NAAAAOOOON indigné, accompagné la plupart du temps d’un trépignement, puis d’une immobilité totale d’où émanent alors des incantations étranges à peine audibles mais d’où ressortent malgré tout distinctement deux catégories de sons : [ch] et [k]. J’imagine aisèment la révolte intèrieure qui s’empare d’elle : pourquoi n’est elle pas née Kardashian !

Bien entendu, son père et moi restons alors d’une zénitude à faire complexer bouddha en personne. LOL.

Nous sommes rentrés, enfin surtout moi, dans une sorte de cercle vicieux de merde où je ne vois pas d’autre issue que de la sanctionner à tout bout de champ (à défaut de lui taper dessus très fort avec mon exemplaire de La Pédagogie Positive ), sanctions qu’elle accueille alors d’un chantant et affreusement agaçant « hmm ♫ hmm ♪ »  ou autre variante plus élaborée de notre MÊME PAS MAL vintage. Et ça me rend littéralement folle de rage. Je n’arrive pas à rester calme c’est terrifiant tellement c’est ridicule mais c’est systématique, plus efficace qu’un interrupteur.

Enfin ce qui me rassure c’est que ça marche avec tout le monde pareil, même si son père s’en défend et prétend réussir à se maitriser, il n’est pas encore prêt pour la ceinture blanche-jaune lui non plus. 

Notre petite dernière quand à elle, qui m’avait fait croire jusque là, la traîtresse, que j’en avais réussi une sur trois sans problèmes de sommeil, s’est mise à refuser de dormir.

C’est dans cet état d’esprit détendu et relaxé que nous allons bientôt partir en vacances, tous les 5.

J’ai hâte.

{soupir}

Rendez-vous sur Hellocoton !

24
juin

Vietnam, la suite ! Hué

C’est donc avec un petit (énorme) pincement au coeur que nous quittons Hoi An après un dernier plongeon dans la piscine. Direction Hué, l’ancienne capitale impériale du Viet Nam. 

Après 4h de route, nous allons directement sur le site du tombeau d’un des empereurs de la dynastie Nguyen, et malgré la chaleur et la fatigue du voyage, on s’y sent tout de suite bien. C’est splendide, reposant… serait ce l’effet de la géomancie vietnamienne ? il y a très peu de monde, les filles jouent parmi les vieilles pierres pendant que notre guide nous raconte avec passion l’histoire des empereurs.

hue

HUé3

Hué2

Nous poursuivons notre visite des principaux sites de Hué, par le marché de Dong Ba. Hyper animé, on en prend plein les yeux et les oreilles, il faut faire attention à ne pas se faire rouler sur les pieds par les scooters qui zigzaguent entre les étals, tout comme les rats d’ailleurs, qui détalent derrière les échoppes. A Paris j’en ferais une crise de spasmophilie je pense, mais ici, je trouve ça presque charmant.

Je serais restée des heures à regarder chaque stand, observer les échanges, goûter enfin un durian ! mais encore une fois, Maureen est à la limite du malaise olfactif, alors nous ne nous attardons pas. 

Moi qui rêvait de me gaver de mangoustans pendant tout le séjour, j’apprends que ce n’est pas la saison, snif. En revanche, on peut trouver des ramboustans, un peu dans le même genre, c’est plus un cousin du litchee que de la clémentine cette fois çi. On les appelle d’ailleurs « les litchees chevelus », et notre guide a la bonne idée de donner aux filles leur autre appellation : « les testicules poilues » : gros succès auprès de mes grandes bien entendu.

Hue5

(non, la dame en bas à droite ne vend pas des prothèses mammaires, c’est de l’agar agar)

Hue4

Nous partons ensuite nous installer à l’hôtel Saigon Morin, palace à l’ancienne construit en 1901, archi charmant avec ses vieilles photos d’époque dans les couloirs. On y croise même un portrait de Mme Chirac (un peu plus récent, certes). Les filles investissent immédiatement la petite piscine, mais la nuit tombant, les moustiques attaquent et il est temps de se replier. Sur Trip Advisor, que nous consultons désormais avant chaque repas, il est conseillé la meilleure pizza de Hué. Et oui, pizza… les filles n’en peuvent plus du riz et nous avons envie de leur faire plaisir ! Si vous êtes en manque de denrées occidentales, et que vous voulez manger une très bonne pizza, il faut donc aller chez Zucca. Moi, l’idée de manger autre chose que local me défrise, donc je me prends mon Pho chéri : je n’aurais jamais cru apprécier une soupe bien chaude par 35° mais le fait est que c’est hyper agréable à déguster.

20140419_203908

(oui bon j’ai quand même pris une part, pour goûter… )

Le lendemain, après un splendide petit déjeuner,

hue6

(j’ai adoré l’air wick local, un ananas chauffé par une bougie chauffe plat !)

nous partons à vélo nous balader au milieu des maisons anciennes qu’on appelle « maison-jardin » typiques de Hué.

hue7

La petite mamie à qui appartient la maison ressemble fort à la grand mère dans « Totoro » ^_^, c’est une des nombreuses descendantes directes du dernier empereur d’Hué. Elle nous offre le thé pendant que le guide nous explique le mode de vie des habitants à l’époque de la cité impériale, et la pratique du culte des ancêtres de nos jours. Je trouve tout ça fascinant, les filles écoutent avec attention. Nous allons ensuite visiter la pagode de la Dame Céleste, située en bordure de la rivière des parfums.

hue9

Hué10

Nous rentrons à l’hôtel après avoir fait une petite croisière sur la rivière des parfums en passant sous le pont construit par Gustave Eiffel, ce qui étonne beaucoup les filles. J’essaie tant bien que mal de placer quelques réminiscences du cours d’histoire de Jo sur les colonies françaises, et je me maudis de ne pas avoir plus préparé le voyage de ce côté là. Ca m’aurait également aidé à savoir quoi répondre d’autre à Maureen qui me demandait de lui expliquer le communisme : « on va regarder sur wikipedia » (à ma décharge Maureen ne souffrant aucune approximation, je préfère dire « je ne sais pas » que de m’aventurer sur un terrain que je ne maitrise pas totalement, du coup, je dis trèèèès souvent  : « je ne sais pas », en effet).

Le lendemain, nous partons à la découverte de la cité impériale. Construite au XIXème, la cité a été ravagée pendant la guerre, et il ne reste plus beaucoup de bâtiments debout, mais notre guide parvient à nous faire imaginer la vie à l’époque.

 Hué

Hué1 20140420_164846

20140420_162820

20140420_164131

hué4

Il est déjà temps de prendre l’avion pour Hanoï. Nous préservons les batteries des tablettes pour le vol lui même, condition sine qua non pour que Charlie reste tranquille devant son DA. Pour l’anecdote, oui, j’avais emporté mon crochet au Vietnam !

avionhanoi

Nous arriverons tard dans la soirée à l’hôtel Silk Path pour une très courte nuit car dès le lendemain matin à l’aube, nous partirons pour un long périple en voiture et speedboat, pour rejoindre l’île de Cat Ba, où nous attend une jonque rien que pour nous, qui nous emmènera passer deux jours magiques sur la fameuse Baie d’Along, en évitant les zones les plus empruntées..

Rendez-vous sur Hellocoton !

28
mai

Maléfique

malefique

La semaine dernière j’ai embarqué Maureen et une de ses copines à l’avant première de MALEFIQUE, organisée par le Disney Social Club. J’ai laissé Charlie à sa mamie parce que rien que l’affiche me promettait des cauchemars jusqu’en 2015 (elle fait des cauchemars après un épisode d’Oggy et les cafards pour vous situer le niveau, donc bon… ), mais la salle était à mon grand étonnement remplie de petits de son âge.

Maléfique, c’est la méchante fée de la Belle au Bois Dormant, celle qui, vexée de ne pas avoir été conviée au baptême de la princesse Aurore, lui jettera le fameux sort. Le film nous dévoile qui est Maléfique et surtout pourquoi elle n’a pas été invitée (c’est vrai quoi, ça craint).

Alors, c’est comment ? Et bien c’est pas mal du tout. C’est sombre, c’est flippant, c’est bourré d’effets spéciaux hyper impressionnants, un travail d’orfèvre qui m’a carrément bluffée. Mes deux grandes gigasses faisaient les malines au milieu des pitchouns mais j’ai bien vu qu’elles se bouchaient les oreilles et plissaient les yeux lors de certaines scènes de combat. Donc déjà, premier constat, Maléfique n’est pas, mais alors pas du tout réservé aux petits. Bon il n’y a pas d’âge conseillé, moi j’aurais dit 8 ans minimum, mais aucun des tous petits spectateurs n’a moufté, donc finalement peut être que je suis complètement à côté de la plaque, (mais l’histoire ne dit pas si depuis ils se réveillent en transe toutes les nuits).

Le film ne s’arrête pas à la genèse du personnage de Maléfique, mais poursuit sur une très libre adaptation de La Belle au Bois Dormant. Ca m’a un peu dérangée j’avoue, qu’on ose toucher à ce monument, enfin quoi, la prochaine fois on nous explique que Cendrillon a préféré monter une boutique Etsy pour vendre ses robes plutôt que d’aller au bal ? (moi, réac ?) mais les filles au contraire ont adoré que soient bousculées un peu les grosses ficelles, le prince avec les dents blanches et la mâchoire carrée, et la princesse bien blonde et bien niaise qui attend son baiser… C’est un peu la tendance Disney ces derniers temps et c’est vrai que c’est rafraichissant et souvent super drôle en plus, mais bon, scrogneugneu, pas La Belle au bois dormant ! Puis le message en filigrane me laisse également perplexe (je me demande d’un coup si je n’ai pas été trop bercée par les histoires de Princes Charmants dans mon enfance ?!)

Enfin cette petite disgression faite, c’est vraiment un bon film d’action, avec une Angélina Jolie terrible. Ca lui va bien, les cornes.

Maléfique, réalisé par Robert Stromberg, avec Angelina Jolie, Elle Faning, 1H37, en salle depuis aujourd’hui.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

22
mai

Hoi An, attention : coup de foudre

Nous voici installés à Hoi An pour un séjour de 4 jours. Nous avions privilégié un hôtel un peu excentré de la ville (5 petits kilomètres), mais près de la plage, histoire de combiner un séjour balnéaire tout de même dans le voyage. Pour rejoindre la vieille ville, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, l’hôtel proposait soit une navette, soit des vélos.

Hoi An aura été notre premier véritable coup de coeur. D’abord l’hôtel était franchement terrible, pas tellement luxueux et même un peu vieillissant, mais avec un charme fou, en bordure de rivière. J’avais auparavant visité pas mal de sites car je voulais optimiser au maximum notre séjour là bas, dont celui çi que j’avais trouvé pas mal : Goodmorning-hoian et grâce auquel j’avais noté tout ce que j’avais envie de voir.

La vieille ville de Hội An est vraiment merveilleuse. Bien sûr c’est archi touristique, avec des souvenirs et des restaurants à chaque pas de porte, mais je ne sais pas, il y a un charme particulier qui opère, les véhicules à moteur sont interdits la journée et jusque 22h ce qui est vraiment vraiment VRAIMENT agréable, des milliers de lanternes éclairent la ville à la tombée de la nuit, les ruelles étroites sont bordées de maisons anciennes, en jaquier, un bois très foncé pratiquement noir, c’est tout simplement féérique, on a été complètement séduits, tous les 5.

20140416_091844

20140416_093616

HoiAn

Dès notre arrivée, les filles ont investi la petite piscine avec ses transats dans l’eau jusque tard le soir. On a instauré d’ailleurs une petite routine tout de suite (ah les habitudes… ) on les sortait à grand peine de l’eau vers 19h, le temps de se doucher et de se rhabiller pour prendre la navette pour aller se balader et diner dans la vieille ville et on rentrait vers 22h en taxi pour 5 dollars. On montait coucher les filles, et on redescendait siroter un cocktail au bord de la rivière en se faisant azimuter par des moustiques sanguinaires. Petite parenthèse mosquito, les moustiques vietnamiens n’en ont rien à foutre du Cinq sur Cinq spécial Tropiques, ni de la concoction maison bio ni de l’anti moustique de base. J’ai testé les 3 (si, si) : que dalle. Enfin si, pardon, le 5/5 est en fait un dissolvant de compétition ! à défaut d’éloigner les moustiques, il enlève parfaitement toute trace de vernis à ongles. GUEUX. Fin de la parenthèse.

Je voulais absolument aller diner chez Mr Hi, chaudement recommandé sur le net, on a eu un peu de mal à trouver, il se mérite ! En fait il s’agit d’une enfilade de grandes tables et bancs, chaque table appartenant à un restaurateur différent. L’ambiance était hyper familiale, chouette, et on s’est régalés pour un prix absolument ridicule. On a testé là bas le plat typique de Hoi An : le Cao Lau, terrible, après avoir goûté le mien, les deux grandes en ont commandé un, et l’ont terminé, c’est dire. Super bon également, le My Quang. Il parait qu’on y sert le meilleur jus d’orange de la ville et je dois dire qu’il était en effet super bon. Il est situé dans une impasse donc aucun passage, les filles s’en sont données à coeur joie à jouer devant, le paradis.

MRHI

Nous avions une « excursion » prévue pour aller visiter la vieille ville en vélo avec une guide, et heureusement qu’on s’est lancés avec elle, je crois qu’on n’aurait jamais franchi le cap de se déplacer en vélo sinon, et ça aurait été trop dommage. Mais la circulation est vraiment stressante, bien qu’il s’agisse essentiellement de deux roues, il faut quand même avoir le coeur bien accroché, même en dehors des croisements, où là c’est vraiment atroce : il n’y a pas de feu rouge. Personne ne s’arrête, il faut se lancer et surtout, ne pas s’arrêter et serrer très fort les fesses. On circule normalement à droite mais pour une raison inconnue en fait tout le monde circule au milieu et c’est le plus rapide qui force le passage ou celui qui klaxonne le plus fort, et vous avez beau être complètement à droite à raser le trottoir il n’est pas exclu qu’une moto arrive pile en face de vous et ne se déporte absolument pas. Ca surprend. Donc pour une première sortie, être accompagnés par notre guide, c’était vraiment rassurant. Pour mon plus grand bonheur, Maureen n’a pas trouvé de vélo à sa taille et a voyagé à l’arrière de celui de Mr Opio, puisque j’avais pour ma part Charlie. Je crois que je n’aurais pas supporté l’idée de voir ma tête en l’air s’engager dans un carrefour. Enfin j’ai bien conscience que je ne donne pas très envie, mais vraiment, ces balades en vélos ça a été absolument génial, on a tous adoré, malgré tout.

IMG-20140419-WA0003

IMG-20140419-WA0005

Hanoi2

On a donc passé une matinée à visiter la vieille ville mais rapidement les filles ont montré des signes de faiblesse, c’est vrai qu’il faisait une chaleur absolument écrasante, on est donc retournés à l’hôtel en bateau, sur la rivère Thu Bon. 

  20140416_103132

Jo Poisson

Et on a opté pour la plage, proposée par notre hôtel, qui était à 5mn à pieds. Il y a en fait deux plages à Hoi An, une très touristique : Cua Dai, avec une succession de restaurants et de transats où tous les touristes des hôtels environnants sont envoyés, pas très charmante du coup. Mais les filles étaient ravies de découvrir les rouleaux de la mer de Chine, elles qui sont habituées à la méditérrannée (vous imaginez le choc).20140416_140936

 

HoiAn5

Hoi An 3

 L’autre plage : An Bang, est un peu plus excentrée, à quelques kilomètres qui valent vraiment le détour : quelques restaurants de plage carrément chouettes (notamment La Plage, à l’extremité droite de la plage, où l’on mange en plus extrêmement bien), et c’est tout. Beaucoup de pêcheurs qui nettoient leurs filets, des locaux qui viennnent se rafraichir après le travail… on a adoré.  Aguerris par notre première sortie, nous nous sommes lancés seuls à vélo pour y aller, et quel bonheur. C’est vraiment un de mes plus chouettes souvenirs, ces balades en vélo sur les routes de Hoi An.

HoiAn4

20140418_115847

HOiAN6

HOiAN7

On avait aussi prévu une journée pour visiter les îles de Cham voisines, qui sont classées réserve marine et forment un archipel de 8 iles, à 16 km de la côte. On a d’abord visité l’ile principale, avec SA pagode, puis notre guide nous a emmené sur une autre petite île, pour un déjeuner sur la plage, seuls au monde avant de profiter des eaux cristallines.

CHAM2

De loin, le paradis, de près: grosse déception, la plage était une véritable poubelle, sacs plastiques, chaussures, bouteilles diverses et variées… je ne m’attendais pas à ça. Le choc. Les filles se sont amusées à ramasser des coquillages, mais personne n’avait très envie de se baigner, dire que l’archipel est réputé pour la plongée, quel dommage.

CHAM

Je ne peux pas terminer ce post sans parler des boutiques de sur mesure. Hoi An est réputée pour ses tailleurs, c’est LA ville du sur-mesure. Il y a des centaines de boutiques qui proposent toutes de faire des vêtements, et même des chaussures. Là encore, je m’étais renseignée avant de partir et je suis allée directement avec mes tissus ainsi qu’un modèle de blouse que je voulais faire refaire, chez Anna (Lang Bian- 89 Tran Hung Dao Street) testée et approuvée par une amie d’amie. Je lui ai déposé mes tissus en fin d’après midi, elle a pris de rapides mesures, le lendemain soir j’avais mes 4 blouses, parfaites (10 $ la blouse). J’ai regretté évidemment de n’avoir pas emporté d’autres tissus et modèles (les tissus de sa boutique n’étaient pas à mon goût on va dire) mais bon, je reviendrai ! en tout cas vous pouvez y aller les yeux fermés, elle est charmante et parle un anglais parfait. Juste à côté, elle m’a conseillé une boutique amie, spécialisée dans les cuirs. Je voulais refaire faire un petit sac tout simple, j’ai hésité devant le choix de cuirs (trop !) pour finalement opter pour un joli jaune citron. Idem, mon sac était prêt le lendemain, ça m’a coûté peut être un peu cher à la réflexion (35 $), mais je ne regrette pas, c’est MON sac unique à moi.

Côté shopping, à part les tailleurs et les vendeurs de souvenirs, pas grand chose, mais une boutique mérite le détour : Ô Collective (85 Nguyen Thai Hoc), que j’avais reperée car elle distribue la céramique que j’avais loupée à Saïgon. Malheureusement, c’est une toute petite partie des produits Amai qui étaient représentés… le drame. Bon de toutes façons j’ai dit qu’on reviendrait à Hoi Ann, même pas mal.

Côté restaurants on a tellement aimé Mr Hi qu’on y est retournés deux fois, alors qu’il y a vraiment pléthore de restaurants. On a testé aussi Miss Ly pour y fêter l’anniversaire de Mr Opio, un peu plus chic et raffiné, d’ailleurs il faut impérativement réserver, ainsi que le Treat’s Café, très bon aussi avec une jolie cour intérieure. Je pense honnêtement qu’on mange bien partout à Hoi An.

Et puis il a fallu repartir, ça a été vraiment dur… La longueur de ce post indique à quel point j’ai aimé séjourner là bas… on a même décalé l’heure de départ tant on voulait profiter au maximum, mais Hué et sa cité impériale nous attendaient.

20140417_081610

IMG-20140419-WA0002

Rendez-vous sur Hellocoton !

21
mai

X Men : Days of Future Past

J’interromps un instant le cours de notre voyage pour vous faire part d’une info capitale… J’ai déjà raconté que Mr Opio était un grand fan de Star Wars mais ça n’est RIEN comparé à sa passion pour Marvel (j’en ai de la chance, je sais ! ça pourrait être les warhammers uhuh).

Captain America et ses potes tentent donc de coloniser régulièrement notre intérieur, une statuette par çi, une affiche par là, un mug… je ne peux pas vraiment m’insurger,  je fais pareil avec mes fanions en crochet et mes natures mortes sous globe en verre. La vie est une succession de concessions, aux orties l’harmonie.

Cette année, je dois dire que Mr Opio est particulièrement gâté, entre Les Arts Ludiques qui leur consacrent une expo  : L’Art des Super héros Marvel jusqu’en Août et le Mona Bismarck American Center for art & culture qui présente Super héros : L’Art d’Alex Ross jusque mi juin, il a été servi. Cherry on the Macdo, on m’a proposé d’aller voir la semaine dernière X Men : Days of Future Past, c’est en épouse dévouée que je lui ai cédé ma place.

Apparemment j’ai marqué des points, des tonnes de point (si ça se trouve je vais pouvoir déposer une poire en crochet sur notre table basse).

Je pensais qu’il allait juste passer 2 heures à se bouffer des effets spéciaux entourés d’ados boutonneux, erreur… ce septième opus est apparemment un chef d’œuvre ! Il est revenu exalté, me parlant de scénario ciselé, de profondeur des personnages, de sophistication des effets spéciaux, qui comme ceux de Star Wars à l’époque, annoncent une nouvelle ère du genre : rien que ça. J’en suis venue à regretter de ne pas être allé le voir moi aussi, je pense que je vais du coup y emmener mes grandes, il est en salle depuis aujourd’hui !

xmen

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

© 2014 | Entries (RSS) and Comments (RSS)

Design by Knut - Powered By Wordpress