03
avr

Look, the ring !

bague1

Je me souviens avec une pointe de nostalgie de l’époque où l’on se racontait des anecdotes dans tous les sens sur nos blogs respectifs. Genre en 2006 quoi (oh le vieux mamouth / tatie danièle  – rayez la mention inutile -). Force est de constater que ma source à moi s’est tarie également et que ça devient chiant aussi par ici : j’ose de moins en moins raconter ce que je vis avec mes grandes, soit parce que j’estime que ça leur appartient -alors que Charlie pas du tout haha mais tout ce que je vis avec Charlie je l’ai déjà vécu et raconté avec ses soeurs- soit parce que je me censure car ce que j’ai envie de partager avec de parfaits inconnus, j’ai moins envie de le partager avec des plus proches qui me lisent désormais, va comprendre Charles (oui je suis née avant 1980).

Enfin tout ça pour dire que cette semaine, en lisant le blog de Sophie d’Au Fil de l’Eau qui raconte dans ses billets le joli côté de son quotidien (les moches, elle les garde pour les déjs de copines, elle !) j’ai eu un flash. Sur ce billet là en particulier, son billet sur la générosité. J’ai trouvé le geste de son garçon absolument trop chouette. Surtout quand je projette sur les soeurs qui habitent ma maison. Mais il ne faut pas projeter, comparer, non, jamais. Sinon on se pend hein ? 

Ca m’a donné envie de raconter une anecdote, une loooongue anecdote comme au bon vieux temps, et qui la concerne directement en plus. Parce que la générosité, je crois bien que c’est ce qui caractérise toute sa petite famille. Alors que chez nous, ce serait plutôt le sarca- non, on n’a dit qu’il fallait pas comparer RHA !

Nous sommes en 2011. Nous nous lisons respectivement par blog interposés, et nous finissons par nous rendre compte, IT’S A SMALL WORLD que nous avons une amie commune dans la vraie vie. Ni une ni deux, nous organisons un diner. Puis deux, puis d’autres. Malgré la difficulté de trouver un créneau commun dans nos agendas de mères de famille débordées, on y arrive toujours, sauf cette fois là. Où notre diner est décalé/annulé deux ou trois fois par chacune de nous à tour de rôle. Y a repet de danse, y a match de rugby, y a réunion parents profs… On fixe pour la quatrième fois une date, en convenant que cette fois çi celle qui annule ira se faire raser le crâne !

Attention, j’ouvre une parenthèse, longue elle aussi, mais essentielle à la suite du récit.

J’ai peu de bijoux « de valeur » très peu : ma montre, la bague que j’ai reçue à la naissance de Jo, un bracelet jonc et c’est tout. Le reste c’est des breloques, de la pacotille… Mon petit kiffe pour occuper mes pauses déjeuner quand je n’ai rien de prévu, c’est d’aller essayer des gros bijoux très chers dans les stands un peu hauts de gamme du Bon Marché voisin. A force d’ailleurs elles doivent me voir arriver les vendeuses : « ah non merde v’là la folledingue qui va encore tout essayer et nous faire inscrire des références pour son mari qui passera pour son soi-disant anniversaire qui approche, prends là moi j’en peux plus elle est déjà venue 3 fois le mois dernier ». J’ai donc une collection impressionnante de cartes avec des références de grosses bagouzes qui me font triper dans mon portefeuille. Y en a bien qui conservent un morceau de cordon ombilical lyophilisé ou des ratiches avec du sang seché dans des petites boîtes.

Fin de la parenthèse.

Ce qui devait arriver arriva, le diner est une 4ème fois annulé, cette fois çi parce que Sophie se rend compte qu’à cette date là, elle sera en week end à New York. Excusez du peu. Désolée et ennuyée de cet ultime annulation, elle nous demande (par mail) ce qu’elle pourrait bien nous rapporter de là bas pour se faire pardonner. Quand je lis son mail, il se trouve que je reviens d’une de mes pauses déjeuners-bijoux. Et du tac au tac, je lui réponds, ben t’as qu’à me rapporter une bague Bulgari B 0 3 anneaux or jaune en taille 49. Haha ! (bon le haha, je ne suis pas certaine de l’avoir écrit, mais je l’ai pensé très très fort, ma réponse étant censée être tellement énorme qu’elle en était très drôle. (si)). Sophie me répond : pas de problème !

Je n’imagine pas un instant qu’elle puisse penser que je suis sérieuse, et qu’elle peut elle-même être sérieuse en me répondant cela (vu le prix de la bague quoi, pas de quoi s’offrir un appart sur Central Park certes, mais peut être une semaine de loyer pour une chambre de bonne quand même).

Normalement, vous voyez le truc venir là.

Quelques semaines plus tard, nous rentrons de week end avec Mr Opio, je nous revois dans les moindres détails, quelque part sur l’autoroute qui rentre de Saint Malo, mon portable bippe, je reçois un SMS de Sophie :  « J’ai ta bague ! ». Je ne comprends pas du tout de quoi elle me parle. Je reçois alors un MMS : une photo d’un écrin Bulgari, avec une bague B 0 or jaune dedans. Quelque chose me dit qu’elle est en taille 49.

La je crie : HAN PUTAIN !

Mr Opio me demande ce qui se passe, je marmonne nan rien nan rien, en tapant frénétiquement un SMS paniqué à notre amie commune : « Sophie m’a pris au premier degré quand je lui ai demandé de me rapporter une bague de New York :  elle me l’a achetée !  »

Placide, la réponse achève de me mettre KO : « bah oui pourquoi ? ce n’était pas du premier degré ? Je t’ai trouvée assez gonflée d’ailleurs… »

Là j’avoue que j’ai pris en pleine face la douloureuse réalité : je suis toute seule sur ma longueur d’ondes et mon humour pourri ne fait rire que moi.

J’explique l’histoire à Mr Opio qui manque de déformer le volant sous la pression de ses poings, mais qui se détend quand je lui rappelle que nous avons des comptes séparés et que je vais me débrouiller comme une grande fille toute seule. (maman ? )

Tout est bien qui finit bien, car j’ai justement eu une petite prime à ce moment là, et pour une rare fois, elle a servi à me faire plaisir à MOI. Rien qu’à moi. Et rien que pour ça, cette bague, c’est vraiment ma preferée de tous mes bijoux, j’adore son histoire, elle me fait sourire à chaque fois que j’y repense.

 ague

Elle me fait sourire aussi parce qu’à chaque fois que mon oeil se pose dessus, je repense à Jo qui m’a dit en la voyant : OH ! on dirait un tuyau de douche !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

31
mar

Le 1er avril, c’est demain !

S’il y a bien une tradition qu’on respecte chez nous parce qu’on la trouve rigolote et bon enfant, c’est celle des poissons du 1er avril. Les vrais poissons, ceux en papier qu’on tente de scotcher dans le dos. Les grosses blagues lourdes, j’aime moins mais bon, je sens que cette année, je ne vais pas y couper avec mes deux pré ados avides de ricanements de hyènes.

En attendant, elles s’amusent encore avec les petits poissons mignons malgré tout alors hier on s’en est donné à coeur joie.

J’avais vu un trop mimi gabarit à imprimer avec une jolie boite à monter,

lamaisondeloulou 

bon je ne sais pas si c’est moi ou si le tuto a un souci de mise à l’échelle mais je n’ai jamais réussi à monter la boîte qui s’est rapidement transformée en pochette et c’est très bien aussi. Jo a été un peu plus pugnace que moi et s’est débrouillée pour faire une espèce de boîte quand même, alors que j’avais lâché l’affaire depuis longtemps. Et dire que je leur râbache tout le temps qu’il faut absolument qu’elles aient le goût de l’effort – HAHAHA.

Enfin voilà, vous êtes encore dans les temps pour être prêt demain matin, ça prend vraiment 3 secondes à faire, et j’avoue que le coloriage a réellement des vertus apaisantes, si si ! j’ai adoré filer un petit coup de main pour remplir la pochette de Charlie…

poissons3

 

Le gabarit à télécharger chez La Maison de Loulou

Rendez-vous sur Hellocoton !

24
mar

><(((°> Origami Petit Bateau ! ><(((°>

Les filles et moi, on a eu la chance de pouvoir participer à un atelier animé par la pétillante Lisa Gachet, mais siii, vous connaissez forcément Lisa, de Make My Lemonade, la papesse du DIY high level, bombasse de 20 ans (environ) qui a une idée à la nanoseconde et que s’arrachent les grands de ce monde.

L’atelier avait pour thème l’Origami. Chez Petit Bateau. Mon esprit torturé a fait l’association suivante : Pliage Textile ! On allait enfin percer le mystère des animaux en serviette éponge disposés sur les lits au milieu de pétales de roses et d’un chocolat dans les chambres d’hôtels (quoique assez peu encore à l’Ibis du coin je vous l’accorde).

Et ben pas du tout. Le cygne en drap de bain ce sera pour une prochaine fois. Là il s’agissait de customiser une marinière issue de la nouvelle collection culte de cette année, en y apposant un moulin à vent en feutrine.

C’était top ! Charlie a passé tout l’atelier à tenter de passer le fil dans le chas de l’aiguille, ce qui nous a laissé une bonne heure tranquillou pour pouvoir nous occuper de nos moulins à vent correctement (evidemment je plaisante, elle a failli me planter l’aiguille dans le front de frustration au bout de 30 secondes, mais on a quand même réussi à nous en sortir à peu près tout de même, grâce entre autres au buffet : TOUJOURS prévoir un buffet en cas de motricité trop fine).

PB

PB2

PB1

 Les filles ont malgré tout refusé catégoriquement de dénaturer les marinières prévues pour l’occasion…

PB5

et ne les quittent plus depuis ! merci Petit Bateau !

 

PB4

Pour fêter ces nouvelles marinières, Petit Bateau a lancé un jeu rigolo qui permet de remporter chaque jour une carte cadeau de 80 euros : c’est ici que ça se passe origami.petit-bateau.com, et offre également un kit Origami à venir chercher en boutique ou à télécharger directement ici : origami.petit-bateau.com/fr_FR/origamis !

Pour celles qui oseront, on peut même poster sur Instagram nos plus belles mises en scène origamesques avec le HashTag #PetitBateau

A vos ciseaux !

Rendez-vous sur Hellocoton !

14
mar

Charlie et Emilie

Ce week end, Charlie a soufflé ses 4 bougies

anniversaire5

anniversaire3

Le BIG cadeau des 4 ans, c’est un vélo, qu’elle attendait très impatiemment

(d’où le casque sur toutes les photos suivantes hmprf)

anniversaire4

mais j’avais rajouté une petite surprise, qui lui a beaucoup beaucoup plu !

CollageEmilie

deux petites poupées en tissu, aux couleurs d’Emilie !

Emilie, si vous êtes comme moi née dans les années 70 (et ouais…) , vous connaissez forcément les albums de Domitille de Pressensé qui racontent le quotidien d’Emilie, son grand frère Stéphane et son hérisson Arthur.

J’ai racheté quelques albums pour Charlie, qui adore, surtout « La mauvaise humeur »…

Il se trouve que Corentine, de Motif Personnel a eu la terrible idée d’éditer les dessins d’Emilie sur tissu ! Et a même organisé en janvier dernier un atelier avec Domitille de Pressensé herself, où l’on pouvait sous l’oeil du maître (pression) s’essayer au tissu à colorier.

tissuemilie1

Je me suis lancée, et … tadam !

tissuemilie

 on a même eu la chance de se faire dédicacer notre album preféré

emilie1

emilie2

je reconnais que je n’ai pas été très appliquée dans mon coloriage du coup les couleurs ne sont pas très uniformes, c’est pas grave, c’est aussi ça le Do It Yourself !

Mais promis si vous vous y prenez comme il faut, le résultat est bluffant, la preuve ici

Et voilà après un petit passage chez Mamie Opio pour un peu de couture : 

  emillie1

Les tissus à colorier ainsi que les feutres sont disponibles chez Motif Personnel qui propose également  un tissu imprimé avec lequel on peut faire des jolies choses comme ici

Rendez-vous sur Hellocoton !

13
mar

KLONG

ça c’est le bruit qu’a fait l’enclume quand elle s’est re-logée entre mes poumons hier matin.

Parce que hier matin j’ai découvert à cause d’une sombre histoire de partitions de chorale à imprimer que l’agenda de Jo et Ecole Directe n’étaient pas synchronisés. Jo avait un bilan d’Histoire Géo pour le lendemain, et la prof ne l’avait pas noté sur le site. Quand j’ai demandé à Jo si elle avait déjà révisé et qu’elle m’a répondu en courant vers l’ascenseur « euh, … un petit peu ? », le mode panique s’est à nouveau enclenché.

J’ai passé ma matinée à faire des fiches en couleur sur la place de l’Eglise en Occident au Moyen Âge, et quand le monsieur venu vérifier l’état du ballon d’eau chaude m’a retrouvée échevelée au milieu des bouquins d’Histoire-Géo, du cahier de cours, de mes feutres et de « L’année de la 5ème » chez Bordas et qu’il m’a demandé : « Vous êtes prof ?  » j’ai repensé à mon précedent post, et je me suis demandé où elle était passée, la place à l’échec.

Voilà voilà. Y a du boulot encore…

EDIT 

Quoique ?

smsjo

J’y comprends RIEN.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

07
mar

La Révélation

Me voilà arrivée à la fin du second trimestre, et… ça va TELLEMENT mieux !

J’ai fini par réussir à me détendre vis à vis de la scolarité de Jo, la preuve, je ne consulte Ecole Directe qu’une fois par semaine, histoire surtout de checker les devoirs à faire d’ailleurs.

Bon évidemment, tout ceci n’a pas été sans mal et j’ai traversé plusieurs étapes plus ou moins douloureusement.

Ca a commencé par une révélation, début janvier : Jo devait rendre un travail commun en arts plastiques avec deux autres élèves de sa classe. Chacune avait sa partie à rédiger, plus une dernière où elles devaient conjointement exprimer leur ressenti sur l’oeuvre étudiée, et Jo était chargée de la mise en page finale. Bien entendu, je l’ai aidée à mettre en page, j’ai corrigé les fautes d’orthographe, mais j’ai laissé tels quels les écrits des 3 demoiselles, avec leur maladresse mais aussi toute leur sincérité. Et j’ai envoyé pour relecture avant impression aux deux autres.

J’ai reçu dans la soirée, un mail de la mère de l’une d’elle, qui me remerciait et m’informait qu’elle s’était permise de faire quelques modifications. J’ai adoré le « quelques » ! Elle avait TOUT réécrit, avec des tournures de phrases hyper alambiquées que jamais des gamines de 12 ans n’auraient employées d’elles mêmes. Les nerfs. Jo était scandalisée, mais je lui ai expliqué que je n’avais pas envie de me prendre la tête avec cette dame que je ne connaissais pas et que la prochaine fois, elle n’avait qu’à choisir une autre copine pour un devoir commun, (je suis tellement lâche). J’ai attendu le retour du devoir impatiemment, persuadée que la prof allait soit donner une note à peine correcte pour pénaliser cette interférence ou au moins faire une remarque sur le fait que les devoirs maison n’avaient pas à être fait par les parents. 

Elles ont eu 18.

Là j’ai commencé à me dire qu’il y avait comme un décalage entre ma façon d’accompagner Jo, et ce qu’attendait ce collège. Et que ma pauvre louloute au milieu, elle n’y était pas pour grand chose.

A peu près au même moment, j’ai eu une discussion avec une amie qui m’a également fait tilt.

En 5ème cette année, tous les collégiens ou presque doivent étudier un roman de chevalerie, « Yvain ou le chevalier au lion », écrit en 1176, en octosyllabes. Autant vous dire que quand Jo me l’a fait acheter et que j’ai feuilleté 3/4 pages histoire de voir, je lui ai rendu fissa en lui souhaitant bon courage, parce qu’honnêtement : c’est imbitable. Y a qu’à taper dans Google la requête « résumé de Yvain ou le chevalier au lion » pour tomber sur des dizaines d’appels au secours de ce genre :

« Je suis nul en français et je n’ai rien compris même après 2 lecture et plusieurs résumé sur internet. Et je me demandais si l’un d’entre vous pouvez me fair eun résumé s’il vous plait je vous en supplie ».

Je me suis assurée tous les soirs que Jo avançait dans sa lecture, en suivant la progression lente, très lente, de son marque page.

Et justement, mon amie de tout à l’heure, pestait contre ce bouquin, qu’elle avait du lire en entier pour en faire un résumé compréhensible à son fils, afin de lui permettre de répondre aux questions de sa prof de français. Et j’ai trouvé ça scandaleux (oui on a le scandale facile chez nous). Bah oui, si tous les parents font ça et que tous les élèves rendent des questionnaires limpides mais à partir d’un résumé fait par quelqu’un d’autre, ça sert ça rien niveau compréhension de texte ! et ceux qui auront fait seuls en comprenant une phrase sur trois du bouquin se retrouveront pénalisés blablabla. J’étais remontée comme une balle.

Arrive le soir où Jo doit à son tour rendre une fiche sur ce même bouquin. En temps normal je me serais assurée qu’elle avait fait son travail sans trop rentrer dans les détails, d’ailleurs quand je lui ai demandé si elle avait répondu aux questions, elle m’a montré sa feuille (noirçie) de loin et j’aurais pu m’en contenter, sauf que là, j’étais vraiment curieuse de savoir ce qu’elle avait compris de ces foutues octosyllabes.

Je suis tombée de haut. Environ 3 fois la Tour Eiffel même.

yvain

Et tout le reste à l’avenant.

Là je me suis dit : mais QUELLE CONNE ! tu vas devoir te taper ce putain de bouquin de merde dans la soirée maintenant avec tes principes à la con ! (j’ai même hésité deux secondes à appeler ma copine à l’aide pour qu’elle nous le fasse au téléphone son résumé, mais j’ai quand même pas osé)

Et non, je n’ai pas lu le roman, j’ai râlé comme un putois toute la soirée en essayant de bidouiller des réponses un peu moins foutage de gueule mais qui n’ont que contribué à faire chuter un peu plus la moyenne de Jo…

Et puis il y a eu cet article, apparu dans mon fil Facebook, qui a achevé de m’ouvrir les yeux. Il parle des ravages que font les «parents hélicoptères» sur leurs enfants une fois devenus des adultes incapables de gérer la frustration et l’échec.

Mais c’est quoi au juste, un parent hélicoptère ? Olivier Revol, neuropsy et pédopsy les décrit comme ça : « Au Canada, on a une expression pour dénommer ces nouveaux parents. On les appelle les «parents hélicoptères». Ils donnent à leurs adolescents l’illusion de l’autonomie dont ces derniers sont très demandeurs. Mais dès que ça ne va pas, à l’école ou ailleurs, ils volent à leur secours. Ces parents, continuellement en train de planer au-dessus d’eux, ont voulu leur donner tout ce qui leur a manqué. »

Je me suis dit que le collège de Jo, ben c’était un héliport en fait.

Et que je ne voulais pas devenir un awax. Que tous ces mômes avec 18 de moyenne générale, ils étaient sûrement très bons à la base, mais qu’il y avait aussi sans aucun doute beaucoup de parents qui faisaient les devoirs à la maison ou les exposés à leur place en les aidant beaucoup beaucoup beaucoup, et que moi, vraiment, c’était pas ma façon de voir les choses. Bien sûr que je suis là pour l’aider, mais si elle ne rend pas des copies parfaites, c’est pas grave. 

Et ça, ben ça se paie : en mauvaises notes et en bulletin assassin. Peut être que je me plante, sans aucun doute je n’aurais jamais du inscrire Jo dans ce collège, ça c’est certain, mais à l’époque, je n’aurais jamais imaginé qu’elle ne rentrerait pas dans le moule, et depuis elle refuse catégoriquement d’en changer. Alors on s’adapte, et j’ai décidé de laisser sa place à l’échec. Et Jo va tellement mieux elle aussi, depuis qu’elle me sent l’encourager à ses côtés, et non plus l’attendre avec une tonne de stress et d’angoisse après chaque contrôle.

Je n’accuse pas ce collège de tous nos maux, d’ailleurs sa soeur ira dans le même parce que je suis persuadée que ce système lui conviendra parfaitement. C’est juste que je voulais desespérement que Jo ait les mêmes résultats que les autres, sans lui en fournir les moyens. Maintenant j’ai compris qu’elle n’aurait jamais les mêmes résultats, et que ça irait très bien aussi.

Enfin ça, c’est jusqu’à ce qu’ils refusent de la réinscrire l’année suivante, on en reparle dans quelques mois peut être hinhin…

En attendant, c’est chouette de la voir avec un sourire sur la figure : ) (bon ok, elle vient aussi de faire un stage de gestion mentale qui lui a boosté sa confiance en elle mais je suis certaine que mon récent détachement y est aussi pour quelque chose, na !)

helicoptère

Rendez-vous sur Hellocoton !

04
mar

QUATRE !

Charlie46

Et voilà… un an de plus pour cette petite demoiselle qui remplit depuis 4 années maintenant notre quotidien de paillettes (c’est culcul, mais… c’est vrai !)

charlie41

Joyeux anniversaire mon petit soleil !

charlie4

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

01
mar

Star Wars Identities

Mr Opio est autant fan de Star Wars que ses filles le sont de Harry Potter, et moi de Sex and the City, c’est dire le niveau. Moi jusqu’à 2014, je n’avais jamais vu aucun films de la saga parce que bon, les sabres lasers, bof quoi. En épouse dévouée, pour Noël, je lui ai malgré tout offert des places pour aller voir en famille l’expo itinérante Star Wars Identites qui a débarqué en février à la Cité du Cinéma à St Denis.

starwars3

Forte de mon experience un peu foireuse des Studios Harry potter où j’avais vraiment regretté de ne pas avoir visionné les films avant d’y aller, je me suis fait violence et j’ai maté une partie de quelques épisodes de la saga. Les filles ont également regardé d’un oeil sans vraiment accrocher non plus mais au moins tout le monde savait à peu près qui faisait quoi et contre qui.

Nous étions donc tous au taquet, ce samedi de février

starwars

L’expo se déroule sur 2.000m², et présente évidemment un nombre impressionnant de costumes, accessoires, maquettes et autres matériaux utilisés lors du tournage des différents épisodes.

starwars2

Mais l’intérêt majeur de l’expo, c’est qu’elle est interactive. A l’entrée, on nous donne un bracelet interactif ainsi qu’un audioguide. Notez, que pour que les audio guides se déclenchent, il faut s’avancer à l’intérieur d’un périmètre délimité au sol tout au long de l’exposition. Pas la peine donc d’aller changer 3 fois votre audioguide à l’accueil en râlant, ils fonctionnent tous très bien, il suffit de s’avancer dans la bonne zone uhuh.

L’expo propose de s’intéresser à notre propre identité : qui sommes nous, et comment le sommes nous devenus ? à l’instar du duo père-fils le plus connu du cinéma : Luke et Anakin Skywalker. Le parcours est divisé en trois thèmes : Origines, Influences, Choix à travers lesquels sont explorées 10 composantes de l’identité humaine.

Munis de notre bracelet interactif, on valide des choix tout au long du parcours : comment nous ont éduqués nos parents ? de quel planète venons nous ? quelle fonction exerce-t-on ?  Quel choix aurions-nous fait si Jabba le Hut nous avait capturé comme esclave ? L’étrangler, le séduire, nous résigner ?  etc…

Autant les grandes (et leur père) ont validé leurs choix avec une concentration extrême, autant Charlie a plutôt décidé de tester le niveau de résistance des capteurs…

starwars10

starwars7

starwars8

Les choix de Maureen ne m’ont TELLEMENT pas étonnés…

starwars19

 Au sein de l’exposition, on rencontre également les nombreux personnages des films de la saga.

starwars6

starwars13

A la fin du parcours, qui a duré environ une heure et demie pour nous, vient le résultat tant attendu, quel personnage de Star Wars aurions nous été dans la saga d’après tous nos choix précédents ? 

starwars18

starwars16

Sans grande surprise, Maureen et son père (qui sont des clones niveau caractère) se retrouvent avec le même personnage : Chewbacca !

Bon, moi j’ai passé mon temps à courir derrière Charlie alors je ne saurai pas si je me serais retrouvée avec des macarons sur la tête ou sous un casque noir…

Une expo canon donc, mais vu le prix, il vaut vraiment mieux être absolument fan pour bien en profiter, quoique les filles ont tellement adoré qu’elles sont décidées à voir les 6 épisodes d’ici la fin des vacances. 

Infos pratiques : Star Wars Identities, à la Cité du Cinéma

 jusqu’au 30 juin 2014 Tarif : 22 € adulte / 17 € enfants (- 14 ans) / 17,50 € pour 4 personnes d’une même famille

Réservation en ligne

      starwars4

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

21
fév

Le Champipi de Charlie

paulchampignon

Et voilà, c’est chose faite, voici le champignon de Charlie, venu rejoindre son copain le dragon Dirk de l’année dernière.

 paul

Franchement, c’est facile à faire, c’est juste un peu long…

Si ça vous botte, les patrons tous plus mimis les uns que les autres, sont chez

Lalylala

Rendez-vous sur Hellocoton !

20
fév

Terre des Ours

terreours

Nous sommes allées toutes les 4 passer une petite heure et demie en compagnie des ours bruns à l’extrême Orient Russe, dans les réserves du Kamtchatka, voir le documentaire animalier « Terre des Ours ».

On y suit la vie d’un jeune ours pendant une année entière, de sa sortie d’hibernation, jusqu’à l’hiver d’après.

Le parti pris a été de ne pas « fictionner » le documentaire, de laisser faire la nature, sans tricher au montage en découpant le film pour en extraire une intrigue.

Ça a clairement posé un problème à mes cadettes, qui ont eu un mal fou à rester intéressées pendant toute la durée du film. Pour Jo en revanche, ma passionnée d’animaux, le film aurait bien pu durer 4 heures supplémentaires, tellement l’impression d’être au plus près des ours est saisissante.

On en prend plein les yeux, les paysages sont merveilleux, et je me suis souvent demandée COMMENT il était possible d’avoir pu obtenir de telles images.

terreours1

Le film est proposé en 3D, et encore une fois, ça me fait râler, je ne comprends toujours pas cette volonté farouche de mettre de la 3D partout, d’ailleurs j’ai regardé le film sans les lunettes (et j’ai quand même été sciée par ce que j’ai vu à l’écran, c’est dire !) (que j’ai besoin d’aller chez l’ophtalmo peut être ?)

terreours2

Un magnifique documentaire donc, à réserver à mon sens aux véritables amoureux des animaux.

Terre des Ours : sortie le 26 février 2014, durée 1h27, raconté par Marion Cotillard.

afficheterredesours

Rendez-vous sur Hellocoton !

© 2014 | Entries (RSS) and Comments (RSS)

Design by Knut - Powered By Wordpress